rastarocket


Vous connaissez tous ce film Rasta Rocket, qui retrace l'aventure de quatre Jamaïcains inscrits à l'épreuve du bobsleigh aux Jeux Olympiques à défaut d'être aux JO d'été. J'adore la morale de ce film : tout le monde a sa chance et l'important est de participer.

Sauf que cette année, pfiou, il a fallu lutter pour trouver des belles histoires.

Ce que j'en retiens :

* Les larmes de Joannie Rochette, la patineuse canadienne qui a perdu sa mère d'une crise cardiaque la veille de son programme court. Elle réussit à décrocher une médaille de bronze. Lors du gala, elle a ému tout un peuple (et moi en particulier) en patinant sur Vole de Céline Dion.

* Le décès du jeune lugeur Géorgien Nodar Kumaritashvili. On l'a un peu trop vite oublié mais un jeune homme est mort en pratiquant son sport.

* Un peu plus gai, la jeunesse des champions olympiques (français ou pas) : si tu n'es pas champion olympique à 25 ans,  c'est que t'as raté ta vie ! Pour moi, c'est trop tard !

* Les chutes : Marion Rolland en première semaine, Brian Joubert au patinage et le dernier en date, le Russe Detkov lors de la petite finale du géant en snowboard (face au Français)(Nathalie Simon devait être exilée en Russie à ce moment là)

* L'humour des commentateurs sportifs, même si des fois, ce n'était pas fait exprès. Mention spéciale à Nelson Montfort et sa patineuse de short-track : "Ha Ri-Cho est cuite". Je ne m'en remets toujours pas.

Je sais pas vous, mais cette semaine, je la débute avec une humeur olympique ;-) (oui, parce que je vais enfin pouvoir dormir la nuit). A partir de demain, je reprends une activité normale sur ce blog !